13-09-21

Le travail hybride : comment se préparer à la nouvelle façon de travailler post-covid

Après des mois de télétravail obligatoire, nous retournons lentement mais sûrement au bureau. L’évolution vers un environnement de travail plus hybride, combinant travail à domicile et au bureau, ne date pas de la crise sanitaire. Les mesures liées au coronavirus n’ont fait qu’accélérer les choses. De nombreuses organisations ont découvert que le télétravail est non seulement parfaitement possible sur le plan technologique, mais aussi qu’il offre des avantages surprenants. La quantité de travail qui peut être effectuée à distance est par exemple au moins aussi importante que nous ne l’aurions cru possible. Le télétravail offre également de nombreux avantages en termes de satisfaction professionnelle et de durabilité. Pourtant, il reste encore beaucoup de chemin pour intégrer de manière permanente le travail hybride dans une organisation.

La question ne se résume en effet pas au simple fait de travailler chez soi ou au bureau. Mais quels éléments votre organisation doit-elle prendre en compte pour une bonne politique de travail hybride ?

Le télétravail n’est pas un « copier-coller » du travail au bureau

La pandémie a entraîné une transformation du paysage professionnel qui sera déterminante pour l’avenir du travail. Les entreprises qui souhaitent maintenir ce mode de travail doivent s’atteler rapidement à la tâche afin d’élaborer ensemble une véritable politique de travail hybride. « Jusqu’à présent, nous avons agi par nécessité et nous n’avions pas d’autre choix que d’organiser le télétravail de la manière la plus efficace possible. Nous avons transposé à la maison notre manière de travailler au bureau, une sorte de copier-coller. Désormais, il est important de changer la façon dont le télétravail est effectué, afin d’accorder davantage de place au bien-être », affirme Elke Geraerts de Better Minds at Work. Les organisations doivent notamment réfléchir aux processus de travail qui fonctionnent simultanément ou non, en tenant compte des avantages ou des inconvénients. En travaillant de manière synchrone, aux mêmes moments, vous évitez que les collaborateurs soient appelés pendant une pause. Le travail asynchrone, avec des horaires de travail différents, peut permettre de continuer à travailler sans être distrait par les e-mails entrants par exemple.

Tenir compte du fonctionnement du cerveau

« Que nous travaillions chez nous ou au bureau, l’attention portée au fonctionnement de notre cerveau devrait servir de base à l’organisation de notre travail », déclare Elke Geraerts.« Nous oublions souvent d’adapter notre façon de travailler au fonctionnement de notre cerveau. »

Trop de moments de changement de tâche, des distractions ou des interruptions incessantes, etc. peuvent se traduire par une baisse de la concentration et des performances, et – dans certains cas – par des problèmes psychiques. « Ces derniers mois, nous avons majoritairement travaillé exclusivement chez nous, ce qui a induit une certaine confusion entre travail et vie privée. Le nombre d’heures prestées a augmenté parce que les gens ne font plus la navette, les réunions en ligne se sont succédé sans interruption et le manque de moments spontanés de concertation a alourdi la quantité d’e-mails », explique Elke Geraerts. Tenir compte du fonctionnement de notre cerveau dans le cadre du (télé)travail permet de mieux résister au stress, d’être plus créatif, plus flexible et plus équilibré dans la vie. Des éléments importants pour une politique de travail équilibrée.

4 conseils pour une politique de (télé)travail hybride qui tient compte du cerveau

1. Planifiez intelligemment les réunions physiques

Il est important pour l’esprit de groupe et la motivation de prévoir des réunions physiques. Au lieu de programmer ces réunions en début de journée, vous pourriez choisir de ne pas planifier de réunion physique avec l’équipe avant 11 heures. De cette façon, vous donnez aux collaborateurs la possibilité d’effectuer des tâches qui demandent beaucoup de concentration au début de la journée de travail. Vous tenez donc compte du fonctionnement du cerveau, qui n’est pas encore surchargé le matin.

2. Passez des accords sur la collaboration en ligne

Vous disposez de plusieurs canaux pour vous concerter à distance. Dans une politique de travail hybride, il est également préférable de prêter attention à l’étiquette des réunions en ligne. Si chacun fait ce qu’il veut, vous risquez de passer d’une tâche à l’autre parce que vous êtes constamment interrompu par la messagerie, des appels vidéo et des échanges d’e-mails. Vous êtes alors en quelque sorte en train de jongler entre les tâches, ce qui accapare toute votre concentration. Si cette situation se maintient pendant une longue période, elle peut provoquer des tensions et même augmenter le risque de burn-out à long terme.

3. Laissez les collaborateurs décider où et quand ils travaillent

Dans une organisation hybride, les heures de travail ne sont pas fixes comme dans un bureau traditionnel. Les collaborateurs et les managers doivent se mettre d’accord pour savoir clairement quand chacun travaille. Dans ce cadre, il faut permettre de discuter des différents rythmes en présence et de les respecter. Le but est de trouver un bon équilibre entre les couche-tard et les lève-tôt.

4. Incitez les télétravailleurs à adopter de nouveaux rituels pour faire la transition

Lorsque vous arrêtez de travailler au bureau, vous suivez votre routine : fermer votre ordinateur portable, ranger vos affaires, quitter le bâtiment, rentrer chez vous en voiture, train, bus… En télétravail, ce rituel disparait. Chez eux, les collaborateurs devraient également penser à suivre certaines étapes afin de relâcher lentement leur attention. En tant qu’organisation, vous pouvez les encourager à prendre un peu de temps à la fin de la journée de travail pour réduire progressivement leur niveau de concentration. Même 5 minutes peuvent suffire au cerveau pour récupérer et opérer mentalement la transition.

Anticiper à temps la « nouvelle normalité » post-covid

De nombreuses personnes ont travaillé chez elles ces derniers mois. Une grande partie d’entre elles s’attendent à continuer à le faire au moins en partie à l’avenir. Il est important pour les organisations d’anticiper cette attente et de conclure dès maintenant des accords clairs sur une politique de (télé)travail 2.0. Maintenant que les règles sanitaires s’assouplissent progressivement et que le retour au bureau a commencé, chaque organisation est à nouveau libre de faire ses choix et d’organiser sa politique de travail en fonction de sa culture d’entreprise. Si le travail hybride est retenu, il est important de ne pas être lié par des règles trop strictes. Le travail hybride n’est pas une science exacte. Une évaluation collective régulière des méthodes de travail est donc cruciale pour parvenir à une politique qui fonctionne réellement et qui apporte une valeur ajoutée à toutes les parties.

 

source: AG Insurance