22-11-21

Le coût de l’éducation des enfants : comment se préparer financièrement ?

Les petits enfants grandissent vite. Ils méritent le meilleur avenir possible, raison pour laquelle on ne peut épargner coûts et efforts. Élever un enfant demande donc un effort financier conséquent, qui durera certainement jusqu’à ce qu’il puisse voler de ses propres ailes. Plus tard, lorsqu’ils se débrouillera seul, un peu de soutien s’avèrera aussi nécessaire. Que devez-vous prendre en compte et comment s’y préparer ?

École primaire : obligatoire, mais pas gratuite

Inscrire des enfants à l’école primaire (et par extension à l’école maternelle) ne doit rien coûter. En d’autres mots, les écoles ne peuvent pas facturer des frais d’inscription. Mais une année scolaire dans l’enseignement primaire n’est jamais totalement gratuite.

L’école ne peut facturer le matériel et les activités pédagogiques nécessaires aux objectifs d’éducation ou de développement. L’école doit fournir classeurs, stylos, etc.

Mais souvent, les écoles utilisent davantage de matériel ou organisent des activités qui ne sont pas strictement nécessaires aux objectifs d’éducation ou de développement. Ou encore, elles assurent la garderie des enfants, la surveillance à l’heure du déjeuner, les repas, les boissons, le bus scolaire, etc. Pour ce matériel non essentiel et ces activités supplémentaires, il existe un montant maximum facturé  ; pour ces services supplémentaires, l’école devra fournir une estimation des frais.

Bien évidemment, les petits extras, comme un chouette cartable ou une trousse, sont à payer en supplément. Lisez ces conseils pour rester dans votre budget.

Études secondaires : plus les enfants grandissent, plus les frais sont élevés

L’inscription dans une école est aussi gratuite dans l’enseignement secondaire, mais il n’existe plus de liste de matériel gratuit ni de facture maximale, bien que des appels aient été lancés en faveur de leur introduction.

L’école peut donc demander aux parents une contribution pour le matériel didactique, toutes sortes d’activités (visites de théâtre, excursions de plusieurs jours) et toutes sortes de choses comme les repas, la garde des enfants, le bus scolaire, etc. Cette contribution ne peut être trop élevée, mais pour certains types d’études, les coûts peuvent s’élever à quelque 1.500 euros par an, notamment dans les disciplines demandant du matériel spécifique, comme l’enseignement artistique.

Combien coûte la poursuite des études dans une haute école ou à l’université ?

Obtenir un diplôme à 18 ans est possible, mais de nombreux jeunes choisissent de poursuivre leur éducation et entament des études supérieures.

Selon les calculs récents du Centre for Budget Advice and Research de Thomas More (CEBUD), les parents devront mettre environ 14.100 euros de côté pour un élève en kot pour l’année académique 2021-2022. Sans location de kot, la facture s’élèverait à quelque 9.400 euros.

Ces montants ne comprennent pas seulement les frais d’études proprement dits (frais d’inscription, achat de cours, frais informatiques et dépenses lors de stages ou de voyages d’études) mais aussi, plus largement, les déplacements sur le campus par exemple, éventuellement la location et l’aménagement d’une chambre d’étudiant ainsi que des frais de subsistance variables non directement liés aux études.

Il n’y a pas que l’école dans la vie… et ce n’est pas gratuit !

Grandir, ce n’est pas uniquement aller à l’école. On dit parfois que les enfants sont comme des ogres qui, en plus, grandissent à vue d’œil. Les coûts alimentaires et d’habillement ne sont en effet pas négligeables. Alors certes, on peut tenter de s’en tirer en achetant ‘un peu trop grand’ mais, à un certain moment, les enfants deviennent trop grands pour leurs vêtements. Les hobbies ou les activités sportives et de loisirs coûtent également.

Les jeunes enfants peuvent être emmenés n’importe où et récupérés. Mais en grandissant, ils voudront se déplacer eux-mêmes en gagnant leur indépendance. Avec un vélo, ou plus tard avec un scooter ou même leur propre voiture.

Heureusement, il existe une prime automatique de rentrée  et aussi plusieurs allocations pour les frais scolaires : l’allocation automatique d’éducation pour l’enseignement primaire et secondaire ; également pour l’enseignement supérieur, il existe des allocations d’études et autres possibilités de financement. À partir du troisième cycle de l’enseignement secondaire, les étudiants peuvent aussi gagner eux-mêmes un peu d’argent en travaillant.

Mais la majorité des coûts d’éducation des enfants devront être supportés par les parents eux-mêmes. Ils doivent pour cela prévoir un budget. C’est également possible via un plan d’investissement, pour de petits montants, à partir de 25 euros par mois. Comme les investissements sont effectués régulièrement (même s’il ne s’agit que de petits montants) et qu’ils sont étalés sur un certain nombre d’années, les intérêts perçus précédemment produiront leurs propres intérêts en temps voulu. Cet effet « boule de neige » des intérêts composés fait que le capital investi croît de plus en plus vite. Les petits ruisseaux font de grandes rivières !

Et après les études ?

De nombreux parents, grands-parents, parrains, etc. donnent volontiers un coup de pouce financier à leurs enfants lorsqu’ils deviennent autonomes. Le « sou dans l’enveloppe » est un classique. Mais un investissement offre plus d’opportunités pour un rendement potentiel. Après tout, avec l’inflation et les faibles taux d’intérêt sur les comptes d’épargne, ces cadeaux en espèces voient leur pouvoir d’achat diminuer rapidement. C’est une autre raison pour laquelle commencer à investir à temps, par exemple dans un plan d’investissement, est un cadeau plus intéressant encore.

Source: AXA